Marc DOVERO
Psychothérapeute Corporel et Emotionnel Paris 8è
Docteur en Psychologie Clinique
Psychothérapeute à Paris 8è
Docteur en Psychologie
Marc DOVERO
Psychothérapeute Corporel et Emotionnel Paris 8è
Docteur en Psychologie Clinique
Psychothérapeute à Paris 8è
Docteur en Psychologie

Numéro Adeli : 759353626

PSYCHOTHERAPIE et RESPIRATION

Articles

Que respirer soit un acte vital ne necessite pas de s'interesser à la psychotherapie pour le comprendre . Ne pas  prendre l'air pendant un temps relativement court nous démontre que nous devons inspirer pour vivre .Le simple fait d'inspirer plusieurs fois de suite nous fait ressentir que nous avons besoin d'expirer pour pouvoir continuer l'inspiration . Nous savons donc , de l'enfant au sportif  que respirer est une fonction vitale et qu'elle peut être agréable comme lorsque nous nous promenons en montagne ou à la mer  et que nous ressentons le besoin d'inspirer cer air vivifiant. Mais avons nous conscience de notre respiration dans notre vie quotidienne 

POURQUOI UTILISER LA RESPIRATION EN PSYCHOTHERAPIE ?

Chacun et chacune d'entre nous possède un style respiratoire qui représente nos limites et blocages respiratoires. Quand nous observons une personne allongée en lui demandant de respirer normalement , puis d'inspirer par la bouche et d'expirer en lâchant son expiration  nous vérifions selon les sujets divers types de respiration.

Certaines personnes présentent une respiration thoracique pure, rien ne bouge si ce n'est le thorax ; d'autres une respiration abdominale pure, tout se fige, sauf le ventre qui reste mobile. D'autres montrent une restriction généralisée de la respiration . Plus nous sommes tendus plus notre respiration devient thoracique .

Mon objectif thérapeutique est de rendre le patient conscient de ses contractions chroniques et donc inconscientes jusque là , qui limitent l'inspiration et l'expiration . Je lui demande d'inspirer plus haut et d'expirer plus bas que ses limites habituelles . Cette amplification de la respiration va lui permettre de ressentir qu'il ne peut pas inspirer et ressentir son thorax se remplir jusqu'aux clavicules et expirer et sentir la respiration aller jusq'au pubis . Comme le notait Eeman " toute approche qui rend un patient conscient de la contraction inconsciente des muscles qui contrôlent la respiration et qui lève consciemment cette contraction a un effet thérapeutique " 

LA RESPIRATION EN SOUPIR

L'utilisation de la " respiration en soupir" est à intégrer dans le contexte de la psychothérapie . L'importance de l'inhibition  respiratoire chronique  dans la psychopathologie avait été bien comprise par Reich et Eeman ainsi que les liens entre émotion et blocage respiratoire ' c'est un axiome que chaque facteur subconscient a un effet sur les muscles de l'appareil respiratoire " .

La respiration  et ses blocages  sont le reflet  et la cause des troubles émotionnels " parmi les plus évidents effets de surface des facteurs psychiques subconscients ; l'inhibition de la respiration est non seulement le plus facile à  observer , à contacter et à faire prendre conscience au patient , mais aussi celui qui produit les résultats les plus spectaculaires et radicaux d'un point de vue psychanalytique "

Dès les années  1920  Eeman , puis Reich  à partir des années 1930  saisissent l'aspect négatif du contrôle et de l'inhibition respiratoire sur la santé émotionnelle et  demandent au sujet de prendre une profonde inspiration puis d'expirer en soupirant . Le soupir , s'il est un expir , est avant tout , une expiration passive , aucun effort ne doit être fait pour éviter de pousser l'air . Le soupir se pratique dans l'idée d'un relâchement de l'organisme , comme si le corps s'enfonçait à chaque soupir dans  le matelas . La personne en soupirant va tenter de s"abandonner à ce soupir , de se lâcher dans ce soupir . En ce sens la capacité au soupir est fondamentale et  montre la capacité à lâcher un  contrôle volontaire . 

 Cet  acte si  simple comporte en réalité de grandes difficultés  comme  le notent les patients en thérapie  . La personne va prendre conscience de sa manière de bloquer et retenir sa respiration  comme s'il lui était impossible de soupirer . Au début , le sujet n'arrive pas à soupirer complétement , il arrive à inspirer mais  se sent freiné dans le soupir , il prendra conscience au fur et à mesure de comment il inhibe sa respiration et  des pensées associées à ce contrôle . 

Dès que le soupir se  produit , l'organisme répond par un baillement , c'est à dire une détente des tensions . Des mouvements involontaires , des tremblements peuvent se produire en différentes parties du corps .L'attitude juste est d'observer , de reconnaitre ces mouvements  " ces évenements énergétiques " qui apparaissent puis disparaissent. Ils correspondent à des décharges énergétiques de tensions musculaires . Quand le patient refuse ces mouvements ( je ne veux pas trembler , c'est  désagréable, douloureux  ) il fige le processus de détente en  un état de tension avec une augmentation des pensées négatives  . La  respiration en soupir permet l 'émergence des émotions réprimées . 

Pour être efficace ,elle nécessite la présence et le soutien du thérapeute dans un climat de sécurité  où le patient peut progressivement se contacter et se relâcher .


Articles similaires

Réalisation & référencement Simplébo

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.