Marc DOVERO
Psychothérapeute Corporel et Emotionnel Paris 8è
Docteur en Psychologie Clinique
Psychothérapeute à Paris 8è
Docteur en Psychologie
Marc DOVERO
Psychothérapeute Corporel et Emotionnel Paris 8è
Docteur en Psychologie Clinique
Psychothérapeute à Paris 8è
Docteur en Psychologie

Numéro Adeli : 759353626

COMMENT QUITTER LA SURVIE POUR LA VIE

Articles

Notre culture a perdu la vision et le paradigme de la vie et de la santé comme la capacité à vivre pleinement , la capacité à la joie et au défi vital de pouvoir se réaliser .

Elle se focalise entiérement sur la survie et une lutte perpétuelle entrainant un véritable état d'alerte et de peur chez l'individu .

LA CUIRASSE ET LA VIE

Nos parents nous ont donné la vie ,  mais c'est à nous de devenir VIVANT , c'est  à dire de contacter notre noyau , notre centre d'énergie .

L' objectif thérapeutique de la Thérapie Reichienne est de permettre le contact avec notre noyau en allégeant la cuirasse caractérielle et musculaire , qui inhibe la libre circulation de l'énergie, c'est à dire de la vie . 

L'individu cuirassé ne sent pas sa cuirasse , il aspire parfois à être heureux , joyeux , plein de vitalité , mais ne peut atteindre cet état ou alors que de façon épisodique qu'il reliera à un évenement extérieur heureux .

Reich a bien compris que la répression émotionnelle de l'enfant , l'inhibition sexuelle de l'adolescent et de l'adulte , figent le processus émotionnel d'extériorisation , d'aller vers l'autre , le monde , de pouvoir exprimer sa peine , sa colère , sa joie , l'individu se" congèle " année après année , strate après strate . Le caractère rigide se crée , la cuirasse se forge , la vie simple , naturelle , en expansion devient impossible ou rêvée , la personne se rétracte .  Comme il le notait " abstraction faite du grand nombre de maladies qu'elle provoque la mise en place de la cuirasse au cours de la prime enfance , rend toute expression vitale , anguleuse , mécanique , rigide , incapable de s'adapter aux fonctions et processus vitaux . Les sensations vivantes d'organes dont la cuirasse a rendu impossible l'auto - perception , constituent  dorénavant l'ensemble de ce système d'idées qui pivote autour du " supranaturel " . Ce développement obéit à une logique tragique .  La vie est hors de notre portée , elle est " transcendante " . Ainsi elle devient le centre de la nostalgie religieuse d'un Sauveur , d'un Messie , d'un au - delà .  Même si ce centre vital , essentiel , a été trop empêché , malmené , il persite et résiste , mais son contact est perdu trés tôt dans l'enfance , le retrouver en thérapie exige un travail profond  et de longue haleine . Il ne suffit pas de quelques techniques corporelles pour permettre ce contact car si les résistances profondes ne sont pas mises à jour , la personne restera dans  sa prison ; Reich notait à juste titre"  Freud ne savait pas qu'il y a au fond de  l'être humain , ce non fondamental , ce je ne veux pas . Il se trouve à la base même de la réaction thérapeutique  négative. le protoplasme est tout simplement figé , il ne peut pas fonctionner comme il le faut ." 

PSYCHOTHERAPIE ET CHOIX DE VIE

Il  est évident que nous vivons dans un monde où la performance est parée de toutes les vertus . L'activité c'est à dire en fait une suractivité envahit le monde  du travail , de la santé , de la famille et même de l'enfance . Même les activités de loisirs comme le sport deviennent le royaume de la performance .Il faut toujours être plus en forme , plus musclé , plus efficace . Ces exigences hors nature produisent un état de sympathicotonie chronique où la personne et son organisme sont toujours en alerte  et donc jamais en contact avec les besoins certes d'activité mais aussi de détente et de répit psychophysiologique .  Cette incapacité à se ressentir autrement que dans les jeux adrénergiques et noradrénergiques est le contraire du plaisir et de la " vacance " du mental en perpétuelle recherche du toujours plus , plus d'actions , plus de stimulations.

Cette tendance n'échappe pas aux personnes souhaitant suivre une psychothérapie corporelle car elle leur permettra de " vraiment décharger leurs émotions" , de vraiment être actif , c'est à dire au fond de continuer de s'agiter même sous couvert de thérapie : frapper , crier . C'est exactement le contraire qui convient , il s'agit de restaurer la connexion avec les processus parasympathiques favorisant une détente profonde et l'arrêt de cette urgence de l'action et de la surstimulation . La nature en nous ne s'agite pas , elle vit . Reich a bien montré que la charge énergétique doit être suivie par une décharge pour une relaxation et restauration véritables . L'art de la psychothérapie corporelle renvoie plus  à la motilité qu'à la mobilité , plus au soi qu'au moi .

 Car si notre société envisage certes  une action toujours plus excessive  elle favorise aussi une augmentation de l'auto-perception par la mode du yoga , de la méditation , mais elle ne permet pas une augmentation de l'auto- expression , une augmentation de la capacité de ressentir et de contenir de fortes sensations  , une augmentation dans la capacité à ressentir les émotions et aussi à les contenir .  C 'est dans ces trois registres qu' interviennent les psychothérapies corporelles et c'est là leurs spécificités par rapport à toutes autres approches corporelles . 


Articles similaires

Réalisation & référencement Simplébo

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.