Marc DOVERO
Psychothérapeute Corporel et Emotionnel Paris 8è
Docteur en Psychologie Clinique
Psychothérapeute à Paris 8è
Docteur en Psychologie
Marc DOVERO
Psychothérapeute Corporel et Emotionnel Paris 8è
Docteur en Psychologie Clinique
Psychothérapeute à Paris 8è
Docteur en Psychologie

Numéro Adeli : 759353626

LE CORPS EN PSYCHOPATHOLOGIE ET PSYCHOTHERAPIE

Articles

Comme le notait  P . Fedida " jamais aucune parole psychologique  tint-elle le corps pour contenu , n'a guéri qui que ce soit . Et force est de reconnaitre que la compulsion à l'explication psychologique ou à l'interprétation  prend aujourd'hui valeur de syndrome de formation qui augmente chez le malade l'isolement somatique de ses troubles "

La négation du corps et le rejet du magnétisme de Mesmer par les commissions royales sous Louis XVI " il n'y a pas de magnétisme , il n'y a que de la suggestion " ont  certes ouvert la  voie à l'hypnose thérapeutique ( Bernheim ) mais  entraînèrent le rejet du corps en psychopathologie et dans la prise  en charge thérapeutique  .Il faudra globalement attendre les années 1930 pour qu 'apparaisse de nouveau l'importance du corps dans la sphère psychologique .

LA VEGETOTHERAPIE CARACTERO - ANALYTIQUE

Ce fut principalement l' oeuvre de Wilhelm REICH  qui créa la Végétothérapie  Caractéro - Analytique  ( VCA )

Elle est le prolongement de l'Analyse Caractérielle ( 1933 ) qui fait de Reich  un grand théoricien de  la psychanalyse . Il comprend en effet qu'il faut envisager le caractère de la  personne en analyse .  L'ensemble des mécanismes de défense du moi va constituer la cuirasse caractérielle qui protège la personne de ses pulsions et des situations extérieures. 

  Sa rigidité devient un obstacle à une vie agréable et le principal facteur de résistance au changement thérapeutique . Elle se manifeste souvent par une attitude de politesse exagérée ( gentil patient ) mais aussi  par une agressivité hors propos . Cette  rigidité psychique va de pair avec une rigidité corporelle ( cuirasse  musculaire ) .   Le sujet pour se protéger à la fois du dedans ( peine , colère , frustration ) et du  dehors ( attitude parentale peu aimante , agressivité  ) va forger des zones de tensions corporelles qui au fil des années  ( du bébé à l'adulte ) vont devenir chroniques , non conscientes  et non ressenties  .  Cette armure corporelle , véritable blindage va certes permettre une diminution de l'angoisse , de la peur mais aussi du plaisir sexuel , de la joie de vivre et de la vitalité du sujet . " La rigidité de la musculature est le côté somatique du processus de refoulement et la base de son maintien " 

Reich montre que ce sont des groupes de muscles formant une unité fonctionnelle qui sont impliqués , comme par exemple quand l'enfant tente de se retenir de pleurer , il va contracter les lèvres, la musculature de la bouche , les mâchoires , la gorge , il va aussi bloquer le diaphragme et la respiration  . En quoi retenir sa respiration permet-il de réprimer les affects ?  Reich comprend  que " l'inhibition de la respiration était le mécanisme physiologique  de la répression et du refoulement de l'émotion et donc le mécanisme fondamental de la névrose

AU DELA DE LA PSYCHANALYSE : LA VEGETOTHERAPIE

La théorie psychanalytique rencontre des divergences à partir de 1922 autour du problème central de l'angoisse . Selon Freud " si l'excitation sexuelle somatique est empêchée d'accéder à la conscience et d'être déchargée , elle se convertit  en angoisse " , mais personne ne savait comment .  La pratique clinique permit à Reich de comprendre " qu'il n'y a pas de conversion de l'excitation sexuelle en angoisse . La même excitation qui apparait comme un plaisir dans l'organe génital se manifeste comme une angoisse si elle stimule le système cardio vasculaire " . Il conclut que " l'encombrement du système vaso végétatif par l'énergie sexuelle non déchargée est le mécanisme fondamental de l'angoisse et de la névrose " . 

L'objectif deviendra donc en thérapie une méthode susceptible d'influencer le système neuro- végétatif pour permettre la décharge végétative caractérisée par des baillements , des tremblements , des mouvements involontaires  qui vont  favoriser le passage de la sympathicotonie chronique ( état d'alerte ) vers un état parasympathique ( relaxation , plaisir ) .

La reconnaissance du rôle fondamental joué par le système nerveux neuro - végétatif marque l'avènement du corps en psychothérapie , le corps n'est plus uniquement le lieu du phantasme mais devient un moyen d'accéder à un changement thérapeutique majeur : la prise de conscience qu'on ne peut plus considérer un psychisme désincarné ,  pas plus qu 'un corps purement mécanique ou biologique.

Le travail avec la respiration , ses blocages  ( maintenant  la  répression émotionelle  ) , la lecture des zones de tension  musculaire , des  techniques actives favorisant une libération de la colère , de la peine amèneront un changement de paradigme en psychologie et la capacité de reconnaitre  l'unité fonctionnelle psyché - soma pour une prise en charge optimale  . Il convient cependant de garder à l'esprit qu'il s'agit de psychothérapie où le travail psychodynamique est fondamental et va de pair avec l'abord corporel .

Reich a bien montré l'identité fonctionnelle de la cuirasse caractérielle ( mécanismes de défense trop rigides ) et de la cuirasse ( tensions musculaires chroniques ) . 

Il s'agit ni de kinésithérapie , gym ou yoga ou massage mais bien d'une thérapie psycho - corporelle , d 'une approche globale  abordant les deux niveaux  selon les besoins du moment dans le cadre thérapeutique intégrant le transfert , l' inconscient. 

Le corps oublié par Freud et les psychanalystes avait souvent conduit à des psychothérapies trop intellectuelles où le patient se contente de parler de son histoire au lieu de ressentir vraiment ses émotions , ses conflits , son manque .

La capacité à se reconnecter à son corps et émotions est l'unique moyen pour guérir des phénomènes dissociatifs à l'oeuvre depuis  l'enfance  ( ne plus ressentir, séparer affects et représentations ) , des suites des traumatismes.

Contrairement à ce que croyait Freud la voie royale vers l'inconscient n'est pas le rêve mais le corps .


Articles similaires

Réalisation & référencement Simplébo

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.